L’urbanisation de Carcassonne. Quelques réflexions

     La publication sur le quotidien lIndépendant du 4 janvier 2014 d’un article sur le projet de zone commerciale Rocadest et les commentaires des internautes l’accompagnant m’inspirent ces quelques réflexions sur ce projet et plus généralement sur l’évolution urbanistique de l’agglomération carcassonnaise. Car dans ma pratique de professeur d’Histoire-géographie au Lycée Jules Fil je m’appuie fréquemment sur l’exemple de Carcassonne sur lequel je suscite la réflexion des élèves.

carcassonne-le-permis-de-construire-de-rocadest-est-depose_378469_800x600

     Des internautes signalent que la création de 700 emplois sur cette zone risque de s’accompagner de la disparition d’un nombre équivalent d’emplois sur d’autres secteurs de l’agglomération. Ces remarques sont tout à fait pertinentes. On peut s’attendre notamment à la disparition du Casino Cité 2 et à la relocalisation à Rocadest d’une partie des commerces de sa galerie et des enseignes situées autour du Casino. Pensons à l’exemple du petit centre commercial de Grazailles autour d’un supermarché Champion qui a disparu avec le développement de la zone du Pont Rouge. Des enseignes qui se situent dans les zones moins accessibles, moins visibles ou sans possibilité d’extension risquent aussi de se relocaliser. Pensons à l’exemple du magasin But situé d’abord route de Narbonne puis zone de Félines derrière Leclerc qui s’est finalement installé dans la plus récente extension de la zone de Salvaza.

Rocadest, un projet de développement durable ?

     Le projet possède cependant un plus par rapport aux autres zones commerciales, du moins si l’on se fie à sa vidéo de promotion. Il prend beaucoup mieux en compte des objectifs de développement durable :

  • meilleure intégration au site (toitures végétalisées pour certains bâtiments, belvédère vers la Cité, intégration de l’ancien domaine de Moreau). Les aménageurs des autres zones se sont contentés de poser des bâtiments en ne tenant compte du site que sur un seul point : être le plus visible possible depuis les grands axes et les ronds-points.
  • mixité des activités : commerces et bureaux situés dans un même espace contribuent à limiter les déplacements et le nombre de places de parkings. Cependant, si l’on veut aller au bout de cette logique il faut aussi des zones d’habitat à proximité immédiate. J’entends par là qu’on puisse aller de son domicile à son lieu de travail et/ou au lieu de ses courses à pied ou à vélo.
  • constructions plus écologiques (éclairage partiel en lumière naturelle, installations photovoltaïques, utilisation intelligente des eaux de pluie, toitures végétalisées permettant des économies d’énergie tout en contribuant à la biodiversité…)

     Reste que ces zones grandes zones commerciales contribuent à étaler la ville ce qui gâche de l’espace et multiplie les déplacements (d’où augmentation de la pollution, des équipements comme avenues, parkings…) C’est un modèle qu’il faut limiter. Il faut au contraire s’inspirer des expériences d’éco-quartiers qui se développent dans nombre de villes du nord de l’Europe et du modèle des villes anciennes. C’est là que les citoyens et leurs élus ont tout leur rôle à jouer. Car on ne peut laisser l’essentiel de l’initiative de l’aménagement de telles zones à de seuls promoteurs privés. Il ne s’agit pas non plus d’aller contre ces promoteurs privés mais de travailler avec eux dans le cadre d’un véritable projet d’agglomération.

Une entrée de ville à soigner

     Le projet Rocadest se situant à l’entrée Est de l’agglomération, il convient plus généralement de réfléchir sur l’aspect de cette entrée de l’agglomération pour les visiteurs, et notamment pour les touristes sortant de l’autoroute pour aller visiter la Cité de Carcassonne. Toutes les entrées de villes ayant tendance à se ressembler et à s’uniformiser avec leurs vastes zones commerciales, il convient de se démarquer en réalisant des aménagements de qualité. Il s’agit non seulement de  prendre en compte les objectifs du développement durable mais aussi de s’inspirer du milieu local et de refléter ce milieu. Par exemple en s’inspirant des matériaux, des plantes, de l’architecture locale. Le Conseil général et les communes commencent à faire des efforts dans ce sens. Ainsi une vigne palissée a été plantée sur un rond point de Grazailles, une capitelle de pierres sèches a été reconstituée sur un rond point de Villemoustaussou etc.

Un tramway traversant l’agglomération d’Est en Ouest ?

Il existait déjà des tramways à Carcassonne au début du XXe siècle. Il s'agissait de petit-trains à vapeurs roulant tantôt en site propre comme les trains, tantôt sur la voie publique comme les tramways. Cependant ces tramways à vapeur ne constituaient pas un réseau de transport urbain mais reliaient Carcassonne à l'arrière pays. Pour plus d'information voir notamment le site de Jean-Pierre Ferrer dont l'image ci-dessus est extraite.

Il existait déjà des tramways à Carcassonne au début du XXe siècle. Il s’agissait de petit trains à vapeur roulant tantôt en site propre comme les trains, tantôt sur la voie publique comme les tramways. Cependant ces tramways à vapeur ne constituaient pas un réseau de transport urbain mais reliaient Carcassonne à l’arrière pays. Pour plus d’informations voir notamment le site Les cahiers de Minerve de Jean-Pierre Ferrer dont l’image ci-dessus est extraite.

 

     Les transports collectifs de proximité étant un thème au programme de géographie en classe de Première, j’ai fait réfléchir mes élèves à la possibilité de créer une ligne de tramway sur Carcassonne. De cette réflexion collective il ressort qu’une ligne Est-ouest allant du rond point de Leclerc à la zone Cité 2 (voire à Rocadest et le nouvel hôpital) serait le tracé le plus intéressant : empruntant dans sa plus grande partie des avenues larges, droites et à pente faible (avenue du président Roosevelt, boulevard Omer Sarraut, rue Antoine Marty, boulevard Joliot-Curie) cette ligne serait facile à réaliser et rapide.  Les deux zones commerciales avec leurs vastes parkings qu’elle desservirait pourraient être des points d’entrées de l’agglomération où les gens laisseraient leur voiture. La ligne passerait notamment à proximité immédiate de deux lycées et deux collèges (Sabatier, le Bastion, Jules Fil, Jules Verne) et serait donc particulièrement emprunté par les élèves. Cette ligne serait de plus connectée à la gare.

En jaune, proposition de ligne de tramway. En vert, utilisation de la ligne de chemin de fer de Limoux.

En jaune, proposition de ligne de tramway. En vert, utilisation de la ligne de chemin de fer de Limoux. Retrouvez cette carte dans différents aggrandissements sur le Géoportail.

     La ligne de chemin de fer Carcassonne-Limoux pourrait constituer une seconde ligne en créant de nouvelles stations et en augmentant la fréquence de circulation du TER. Une station de TER pourrait être créée aussi au niveau de l’hôpital.

     L’intérêt des tramways que l’on peut mesurer notamment à Toulouse et Montpellier, n’est plus à démontrer : confort, rapidité, diminution de la pollution… Reste que c’est un investissement lourd pour une petite agglomération. Il conviendrait néanmoins d’étudier la faisabilité d’un tel projet.

Gauthier Langlois, 04 et 05/01/2014

P.S. : après écriture de cet article je viens de découvrir l’article suivant publié dans la Dépêche du Midi du 14 décembre 2013 sur le plan de déplacements urbains de l’agglo : cet article évoque "la solution tramway qui paraît hors de portée sans cofinancement" et la proposition de "stations ferroviaires à la Bouriette (avec liaison multimodale) où 1 500 personnes travaillent et à Montredon pour desservir le futur hôpital" qui est jugée «pertinente».

About these ads
Cette entrée, publiée dans Réflexions, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

7 réponses à L’urbanisation de Carcassonne. Quelques réflexions

  1. BERNARD Marie-Christine dit :

    C’est un projet absurde. C’était plus intelligent de le faire entre Trèbes et Carcassonne afin de créer un lien entre les deux agglomérations et les villages alentours plutôt que de surajouter des commerces sur Carcassonne.

    • Du point de vue commercial et accessibilité le choix de ce site est le meilleur : à entrée de la ville, au carrefour de la route de Narbonne et de la rocade non loin de la sortie de l’autoroute avec beaucoup de terrains disponibles… Mais du point de vue de la commune de Trèbes c’est sûr qu’en matière d’emploi et d’impôts locaux cette commune aurait sans doute préféré voir cette zone de développer à Béragne.
      Des remarques pertinentes sur ce thème sont à lire sur la page Facebook "Fier de notre cité de Carcassonne": https://www.facebook.com/groups/298139640203084/781772691839774/

  2. Martin Anne-Marie dit :

    Bonne idée
    Coûteuse pour une petite agglomération comme vous l’écrivez mais qui a écrit qu’un service public était censé être bénéficiaire ou excédentaire ?
    Un référendum d’initiative populaire ?

  3. Angèlique dit :

    justement comme je disais par raport au couvent qu’on veut convertir en Cité de l’artisant , stop les nouveaux magasins , le centre ville se meurt et Cité 2 devient fantôme , les commerces exitants se meurent ,construisons des loisirs, piste cyclable à Carcassonne c’est pas le top, patinoire, booling , piscine pour les non scolaire près du centre ville, plus il y du chômage plus il y a des commerces et ceux qui existent ne peuvent en vivre .stop , stop les zones commerciales

    • Martin Anne-Marie dit :

      Mais la solution serait comme l’a écrit Patonze sur FB , de créer une liaison entre la Cité et la Bastide Saint Louis pour que les clients et touristes profitent aux deux sites.

      Il faudrait te dynamiser ce centre ville en validant chez le commerçant son ticket de parking , en attirant la jeunesse en plein centre ville.
      J’ai 2 ados de 17 et 16 ans , un seul est allé à la patinoire place Carnot, il ne leur est pas naturel de se donner rdv dans le centre contrairement au Ciné …
      J’ai appris que le bowling fermait ses portes ce mois ci au Xénon car le bailleur a quintuplé le loyer pour les faire déguerpir et réaliser autre chose sur le site ….
      C’est la jeunesse et un élan des commerçants qui sauvera ce centre ville .

      Regardez Narbonne avec son théâtre subventionné et sa médiathèque , des Halles fantastiques et bigarrées.
      Espace liberté est une vraie réussite commerciale de la ville et Mr Louis Privat …
      Il faut réinventer quelque chose .

  4. Angelique dit :

    après la lecture du tramway, moi je suis pour ce projet , car à Carcassonne il y a pas énormément de distance entre un point et l’autre ( ce que vous citez plus haut ) les deux zones existantes, Leclerc et CITE2 , les travaux vont être relativement facile vue la largueur des avenues, la circulation à toujours ces rocades , et autoroutes , cela me parait facile et pas trop contraignant, à réaliser, et effectivement moi qui vais souvent à Montpellier , pour ne pas citer une autre ville c’est un vrai plaisir on arrive à la gare et hop le tram et hop on gagne du temps , moins de pollution, moins de stress, vraiment c’est une bonne idée , quand on pense qu’il a déjà existé , alors oui pour le tram , non aux centre commercial Roca est , franchement moi je suis pas experte mais est on dans la logique ?
    Carcassonne n’est qu’un grand village en 2 la ville haute , le ville basse , relié par un magnifique pont vieux , comment peut on se comparer en matière de zone commerciale aux autres grandes villes , ce n’est pas logique , non , non , stop ,

  5. Angelique dit :

    de toute façon les Audois qui veulent se dépayser, iront quand même faire leurs emplettes ailleurs , et les touristes qui sortent de l’autoroute "Carca est " eux viennent voir la perle rare la fameuse cité médiévale de Carcassonne , alors ce projet de centre commercial est une erreur monumentale , les promoteurs peuvent toujours investir dans les immeubles qui se détériorent en centre ville par manque de moyen car il faut pas oublier le taux de pauvreté à Carcassonne , je suis sûre que beaucoup de Carcassonnais ne peuvent même pas payer les taxes relatives a leur maison , immeuble, si les promoteurs se promène , dans le quartier la barbacane, la rue du pont vieux pour ne pas en citer d’autres ils auront le choix des choix de tout ce qui est abandonné , non entretenu , moi cela me fait une peine quand je promène à Carcassonne .
    je vous dis pas le moral des personnes qui travaillent à CITE2 elle sont dèjà déprimé
    on va ver une catastrophe , on emploiera certes mais beaucoup iront au chômage , et rien ne garanti que l’emploi sera uniquement Carcassonnais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s