Dame Carcas et l’heroïc fantasy

Tehetete, une héroïne inspirée aux auteurs par le personnage de Dame Carcas

Tehetete, une Dame Carcas New Age : bâton à tête de serpent rappelant Moise, pendentif évoquant la colombe du saint Esprit et nom évoquant la philosophie antique (dialogue de Platon et de Théétète)

     Les légendes et décors du « Pays cathare » ne sont pas seulement une source d’inspiration pour la bande dessinée historique, uchronique ou ésotérique. Dans un épisode de la série Alef-Thau, Alejandro Jodorowsky, l’un des maîtres de l’heroïc fantasy et de la science fiction en BD imagine une histoire inspirée de la Légende de Dame Carcas. Les décors de cet épisode dessiné par Arno sont inspirés de la forteresse de Salses.

Une quête initiatique New Age

L'Empereur boiteux, cinquième album de la série Alef-Thau, © Les Humanoïdes associés 1989

L’Empereur boiteux, cinquième album de la série Alef-Thau, © Les Humanoïdes associés 1989

     Mû-Dahara est un monde féérique mais cruel où se mêlent habilement légendes, magie et science-fiction. Le héros, Alef-Thau, doit traverser une série d’épreuves initiatiques pour retrouver son intégrité physique et connaitre l’amour. Sa quête se mêle avec celle de l’immortelle Diamante qui doit dominer le monde de Mû-Dhara. Dans leurs quêtes les deux héros sont aidés par Hogl, leur maître spirituel et divers compagnons. Dans les albums l’Empereur boiteux (1989) et l’Homme sans réalité (1991) les héros poursuivent leur quête en direction du dernier royaume qu’ils doivent conquérir, le Centre maître. Hogl veut aussi y retrouver son ancien amour, la reine Tehetete. Mais de nouvelles épreuves attendent les héros.

Au pied de la forteresse du Centre maître

Au pied de la forteresse du Centre maître

     Aux portes du royaume de Tehetete un vieux sage leur explique que la reine a banni du Centre maître « tous ceux qui par le seul aspect physique deviennent un danger pour ce royaume dont le seul idéal est la beauté. ». Car Tehetete, femme d’une beauté resplendissante est devenue esclave de cette beauté. Et aucun de ceux qui ont tenté de rejoindre le Centre maître n’en est jamais revenu. Le monstre qui garde cet endroit ne laissera jamais passer Hogl qui est trop vieux ni Alef-Thau qui est borgne. Pourtant les héros grâce à leur force spirituelle et physique parviennent à maitriser le monstre et arrivent au pied de la forteresse du Centre maître.

Une histoire inspirée par la Légende de Dame Carcas

Alef Thau face aux mannequins qui défendent la forteresse

Alef Thau face aux mannequins qui défendent la forteresse

     Quand les héros s’approchent de la forteresse ils sont accueillis par une bordée de flèches. Malgré le danger Alef-Thau s’élance et parvient à prendre pied sur le pont levis qui commence à se lever. Il se retrouve alors face à quatre imposants guerriers. Il les bat cependant sans difficultés car ce ne sont que des mannequins. Quant aux flèches elles ont été lancées par des arbalètes automatiques. La forteresse semble vide. Seule la reine Tehetete l’habite. Mais quand elle retrouve Hogl l’amour prend le dessus et réunit les deux vieux amants.

AlefThaup41     L’histoire d’une reine qui défend une forteresse vide grâce à des mannequins et en tirant quelques flèches, puis qui épouse, après l’ouverture des portes de la ville, l’un des assaillants. Voilà qui rappelle la Légende de Dame Carcas. Jodorowsky et Arno semblent manifestement s’être inspirés de la légende de l’héroïne de Carcassonne. Mais ils l’ont adaptée à leur œuvre. Dame Carcas est dans la légende une jeune et belle princesse qui fonde une famille et une dynastie qui va régner sur la ville. Au contraire de Tehetete qui alors qu’elle était jeune, n’a pas su retenir auprès d’elle son amant. Elle n’accepte pas sa vieillesse et la cache sous un masque de beauté. Quand elle accepte enfin sa vieillesse et celle de Hogl, il est trop tard pour avoir des enfants. Mais les deux vieux amants à défaut d’avoir des enfants biologiques ont deux héritiers spirituels : Alef-Thau et Diamante. Tehetete et Hogl peuvent donc partir sereins et quitter leur corps physique pour vivre dans l’éternité de leur corps éthérique. Dans la légende comme dans la BD un jeune couple est appelé à régner sur la ville.

Un décor inspiré de la forteresse de Salses

Le Centre maître attaqué par des engins venus de l'espace. Première planche de L'Homme sans réalité, sixième tome de la série publié en 1991. © Les Humanoïdes associés.

Le Centre maître attaqué par des engins venus de l’espace. Première planche de L’Homme sans réalité, sixième tome de la série publié en 1991. © Les Humanoïdes associés.

Châtelet d'entrée de la forteresse de Salses

Châtelet d’entrée de la forteresse de Salses

    Quant au décor, les auteurs sont allés le rechercher à une heure de Carcassonne : la forteresse de Salses construite par les Espagnols entre 1497 et 1504 à la limite du Roussillon et du Languedoc. Bien sûr, le dessinateur Arno a pris quelques libertés avec son modèle. Dans la bande dessinée la forteresse est située sur une île et ses murs sont rehaussés pour la rendre plus impressionnante. De plus Arno rajoute dans la cour un jardin et un donjon pour donner un aspect plus palatial et plus plaisant à cette austère forteresse. Mais au fil des dessins on reconnait aisément le plan et nombre de détails architecturaux caractéristiques de la véritable forteresse.

Publicités
Cet article, publié dans Bande dessinée, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s