Une housse armoriée sur le sceau d’un comte de Saint-Pol (1162)

Sceau d'Anselme Candavène, 1162. (Moulage; Archives nationales, service des sceaux, P 209. Dessin d'après Michel Pastoureau, traité d'héraldique.)

Fragment du sceau d’Anselme Candavène, 1162. (Moulage: Archives nationales, service des sceaux, P 209. Dessin d’après Michel Pastoureau, Traité d’héraldique.)

     Dans l’article L’apparition des cottes d’armes et housses armoriées en France (XIIe-XIIIe siècles) je faisais état de la plus ancienne housse armoriée que j’avais repérée dans la documentation : la housse figurant sur le sceau, datant de 1185, d’Alphonse roi d’Aragon, comte de Barcelone et Provence. Depuis j’en ai repéré  une plus ancienne sur un sceau étudié à maintes reprises, notamment par Donald Lindsay Galbreath, Michel Pastoureau et en dernier lieu par Jean-François Nieus sans que ceux-ci signalent la précocité de l’apparition de cette housse.

     Nous sommes dans le Nord-Pas-de-Calais dans la famille des Candavènes, comtes de Saint-Pol-sur-Ternoise. Dans cette famille l’adoption de signes identitaires est très précoce. Hugues III fait usage dès 1112 du cognomen (surnom) de Campdavene, en picard « champ d’avoine », qui s’imposera comme nom héréditaire. C’est dans le champ du sceau daté de 1127-1129 du même comte  qu’apparaît la gerbe d’avoine qui devient l’emblème héraldique de la famille. Enguerrand Ier fils d’Hugues III fait usage vers 1145-1150 d’un sceau équestre identique à celui de son père. Les gerbes d’avoine qui apparaissent dans le champ de ce sceau sont devenues des armes parlantes héréditaires. En revanche le cheval ne comporte pas de housse et l’écu ne semble pas armorié.

     Avant même de devenir comte, Anselme, frère d’Enguerrand Ier, fait usage d’un sceau équestre où l’on retrouve les mêmes gerbes. Sur l’empreinte du sceau datée de 1162 (voir ci-dessus) le cheval est décoré de trois gerbes d’avoine, deux en position verticale, l’une en position horizontale. On ne voit pas de housse soit que l’artiste ne l’ait pas représentée, soit que l’état du sceau ne permet pas de la voir. Mais, à moins que les gerbes soient peintes sur le cou, le poitrail et la croupe du cheval, l’existence d’une housse s’impose. La partie conservée de l’écu  semble également comporter une gerbe. En l’état actuel de la documentation consultée ce sceau montre une housse armoriée antérieure d’une génération à celles repérées sur les sceaux provençaux et antérieure de deux générations à celles repérées sur d’autres sceaux de France de Langue d’oïl.

     Faut-il considérer cette housse de 1162 comme un cas particulièrement précoce et isolé ? Peut-être. La volonté de singularisation et d’émancipation des comtes de Saint-Pol a certainement joué dans la précocité de leurs usages héraldiques. Mais cela montre d’abord que la forme, l’usage et la date d’apparition d’emblèmes diffère d’une famille à un autre, voire d’un individu à l’autre. Ce n’est qu’a la fin du XIIIe siècle qu’on assiste à une certaine uniformisation de l’équipement et une codification des usages héraldiques. Le repérage de cette housse de 1162 montre aussi que les conclusions des recherches scientifiques ne sont jamais complétement définitives et peuvent toujours être remises en cause par de nouvelles découvertes. En Histoire nous sommes particulièrement tributaire des aléas de conservation et d’accès à la documentation.

Pour en savoir plus :

  • Nieus (Jean-François). – Un pouvoir comtal entre Flandre et France. Saint-Pol, 1000-1300, Bruxelles : De Boeck, 2005.
  • Pastoureau (Michel). – Traité d’héraldique, Paris : Picard, 1993.

Advertisements
Cet article, publié dans Article d'histoire, Héraldique, Sigillographie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Une housse armoriée sur le sceau d’un comte de Saint-Pol (1162)

  1. D DELGRANGE dit :

    Bonjour,
    Deux points me semblent devoir limiter les conclusions que l’on peut tirer de l’observation du sceau d’Anselme. D’une part il est cassé, le haut et toute la partie gauche manquent, mais encore, la restitution par le dessin laisse voir des éléments qui n’apparaissent pas sur l’original. La partie couvrant le cou du cheval, cassée ou écrasée, semble avoir été restituée. Ce qui a pu être pris comme une cotte d’armes portant un décor de feuilles s’avère, en examinant l’empreinte moulée, plutôt correspondre à une broigne, munie d’écailles (à moins qu’il s’agisse d’anneaux d’un haubert de mailles stylisé ?). La marque de feuilles qu’on croit repérer entre le cavalier et le cou de la monture pourrait correspondre au décor d’un bouclier privé de sa partie haute. Seule chose sûre, on voit des gerbes, trois peut-être quatre. Nous ne sommes qu’en 1162. Faute de mieux, il faut bien prendre le sceau d’Anselme comme un des premiers jalons…

    Cordialement,

    D D

    • Bonjour,
      Merci de ces réflexions et précisions. Auriez-vous une photographie de l’empreinte originale du sceau d’Anselme ?
      Pourriez-vous préciser qui voit sur ce sceau une cotte d’armes portant un décor de feuille ? Je ne me souvient pas d’avoir lu cette interprétation. En tout cas je suis d’accord avec vous concernant le vêtement du cavalier. Il s’agit très certainement d’une broigne ou à un haubert de maille stylisé. C’est pourquoi je n’ai pas parlé de cotte d’armes ici.
      Cordialement.

  2. D DELGRANGE dit :

    Il faut bien souligner la pertinence de votre démarche. Pardonnez-moi de ne pas l’avoir fait. Votre étude de cas prouve qu’en matière d’héraldique (et de sigillographie) toutes les pistes n’ont pas encore été repérées. Ces sciences auxiliaires de l’histoire ont encore de belles perspectives à offrir à ceux qui veulent les suivre.

    Cordialement,

    D D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s