Quéribus dans la BD (2)

Quéribus, symbole de la résistance occitane

 

     Dans un premier article nous avons découvert comment la silhouette du château de Quéribus avait inspiré le décor d’une bande dessinée mêlant aventure et fantastique au Moyen Âge : Les Compagnons du crépuscule de François Bourgeon. D’un tout autre genre est l’album Pitchou d’Oc découvre l’Occitanie, signé en 1987 par Christian Cau et Robert Pradines.  Influencés par les mouvements occitanistes les deux auteurs ont choisi de faire découvrir leur région aux enfants. Leur héros, Pitchou d’Oc, est en lui-même une synthèse des éléments mémoriels les plus emblématiques de l’histoire et la culture régionale :
img013b

Une des vignettes illustrant le récit du siège de Quéribus en 1255 imaginé par Christian Cau et dessiné par Robert Pradines.

 

Pradines-Robert-Pitchou-D-oc-Decouvre-L-occitanie-Vol-1-Livre-846610837_L     Petit troubadour, Pitchou d’Oc est né à Cucugnan le jour de la chute du château de Montségur (16 mars 1244) d’un père toulousain et d’une mère catalane réfugiés dans les Corbières pour fuir l’Inquisition. Un temps à l’abri la famille est rattrapée par la guerre. Au printemps 1255, le sénéchal de Carcassonne et le seigneur Olivier de Termes arrivent à la tête d’une forte armée. Ils viennent réduire le château Quéribus dans lequel Pitchou d’Oc et sa famille se sont réfugiés en compagnie d’autres cathares. La forteresse semble imprenable. Aussi les assiégeants choisissent de réduire ce nid d’hérétiques par la famine. L’indomptable Chabert de Barbaira, protecteur des cathares, est contraint à négocier la reddition. Mais Pitchou d’Oc et son compagnon Amiel parviennent à s’enfuir de la forteresse par un souterrain, avant de se réfugier en Ariège…

 

     Le scénariste, Christian Cau, conservateur des archives de Toulouse, apporte à cette bande dessinée la caution scientifique et pédagogique de l’historien. Mais si le siège de Quéribus est un évènement authentique, il est associé dans la suite du récit à tout  un discours ésotérique autour du saint Graal. Les auteurs adhèrent sans réserve à une histoire et une archéologie imaginaire du catharisme née dans la première moitié du XXe siècle et toujours à la mode de nos jours. En effet, dans la suite du récit, le jeune héros suit un parcours initiatique qui le mène à la découverte du Graal au château de Montréal-de-Sos puis à recevoir la croix de Toulouse ramené d’Orient. Muni de cet objet magique, il peut voyager dans le temps à la découverte de l’histoire de l’Occitanie.
Quéribus apparaît donc, au même titre que d’autres châteaux cathares tel que Montségur, comme le support d’une histoire fantasmée où cathares et occitans sont confondus dans une perspective régionaliste et ésotérique.

 

     (A suivre…)

 

A noter : la B.D. a inspiré des organisateurs d’un trail (course à pied dans la nature) pour enfant au départ de Cucugnan qu’ils ont baptisé du nom du héros, Trail Pitchou d’Oc. Voir L’Indépendant du 17 mai 2012.
Publicités
Cet article, publié dans Article d'histoire, Bande dessinée, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s