Le logo de la région Occitanie. Enjeux identitaires et historiques

Logo région OccitanieDébats et polémiques

     Depuis sa présentation au Conseil régional vendredi 3 février 2017, le nouveau logo de la région suscite, sur les réseaux sociaux, des débats passionnés et parfois polémiques. Sur l’esthétique d’abord. Certains lui reprochent son manque d’audace et d’originalité, le comparant notamment au logo de Carrefour ; d’autres au contraire lui reprochent, en tronquant les emblèmes catalans ou occitans, de ne pas respecter la tradition voire de commettre un véritable sacrilège. Les considérations nationalistes s’expriment également de manière passionnée. Certains considèrent que l’on fait la part trop belle aux catalans qui ne représentent qu’une petite minorité au sein de la région. A l’inverse d’autres, s’appuyant sur des convictions laïques ou catalanistes veulent enlever la croix de Toulouse. Le nombre de pals suscite des interrogations: faut-il voir dans les rayures rouge et jaune une évocation du comté de Foix ou du Roussillon ?

     Ces débats et polémiques appellent plusieurs remarques. D’abord ils rappellent l’importance des enjeux identitaires d’un emblème tel que celui de la région. Je ne ferais pas de commentaires sur les choix esthétiques : c’est une affaire de goût qu’on peut ou non partager. Intéressons nous en revanche à la signification identitaire du logo et aux problèmes héraldiques.

Une synthèse des identités régionales

     La volonté de la région, exprimée dans son cahier des charges était que le nouveau logo devait tenir compte « de toutes les cultures et identités régionales, avec une référence à nos couleurs : l’or et le rouge sang » Il y a donc bien une référence implicite aux identités occitanes et catalanes, mais aussi, au sein de l’espace occitan, aux identités gasconnes ou fuxéennes qui partagent, dans leurs emblèmes, la même association de couleurs. La région a volontairement choisi un emblème qui soit le plus consensuel possible et qui s’inscrit dans la continuité des emblèmes précédents, que cela soit les emblèmes des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ou des institutions régionales d’ancien régime. Les discours officiels qui ont accompagné la présentation du logo vont dans ce sens.

Un logo non respectueux de l’héraldique ?

     Beaucoup de commentaires reprochent également au logo de ne pas respecter les règles héraldiques. Il faut d’abord rappeler qu’un logo n’est pas un blason et n’est donc pas soumis aux règles conventionnelles de l’héraldique. Que d’autre part la composition et la représentation des blasons n’ont jamais eu la rigidité que les manuels modernes du blason ont voulu imposer. Qu’enfin la composition de ce logo respecte pourtant un certain nombre de règles de l’héraldique :

Des armes composées en mi-parti

     L’association de la croix de Toulouse et des pals catalans constitue ce qu’on appelle des armes composées. C’est une pratique courante, qu’on peut encore de nos jours observer dans les armes des couronnes espagnoles et britanniques. L’association de deux blasons donne généralement un « parti », c’est à dire un blason divisé en deux dans le sens vertical. Une manière plus rare d’unir deux blasons est le « mi-parti », c’est à dire de réunir la moitié gauche (dextre en héraldique) de l’un avec la moitié droite (sénestre) de l’autre, à condition que l’on puisse facilement identifier les blasons originaux. C’est ce qui a été fait ici.

Un nombre incorrect de pals ?

AlphonseDAragon1185

Sceau d’Alphonse, roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, 1185. (Dessin de Blancard).

Sceau de Roger IV, comte de Foix, 1241

Sceau de Roger IV, comte de Foix et vicomte de Castelbon, 1241. (Archives nationales, Service des sceaux D663).

     Le nombre de pals, la figure verticale ici en rouge, n’a souvent pas grande importance. Le nombre de pals qui figure sur les représentations des armes des comtes de Barcelone ou de Foix est resté longtemps très variable, oscillant entre deux et six sur les écus. Ainsi le sceau équestre d’Alphonse, roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, daté de 1185, comporte cinq pals sur l’écu et une douzaine sur la housse du cheval. Même nombre sur le sceau équestre de Roger IV de Foix, daté de 1241. Sur un plafond peint de la fin du XIIIe découvert à Lagrasse (Aude), le comte de Foix et le roi d’Aragon sont représentés chacun avec un écu à quatre pals. Le nombre de figures est en fait généralement lié à place laissée sur le support. On parle alors de pièces rebattues, c’est à dire en nombre indéterminé.

pyrenees_orientales_le_departement     Ce n’est qu’à la fin du Moyen Âge voire à l’époque moderne que le nombre de pals se fixe, en liaison avec la Légende des quatre barres de sang. Cette légende, rapportée dans la chronique de Beuter publiée en 1551, attribue l’origine des armes catalanes au comte Guifred de Barcelone et à l’empereur des Francs Louis. Blessé par les Normands, Guifred demanda à l’empereur de lui donner des armes sur son écu qui était d’or. L’empereur plongea alors sa main dans le sang du comte et dessina avec ses doigts quatre traces de sang sur l’écu d’or. Cette légende nationaliste a inspiré le logo actuel du département des Pyrénées-Orientales. Donc les trois pals rouges du logo de la région ne constituent ni une erreur, ni une référence exclusive au blason des comtes de Foix.

blanc

Des pals mal orientés ?

alcanitz

Entrée du roi Jacques Ier d’Aragon dans la ville de Valence en 1238. Fresque du début du XIVe siècle, monastère d’Alacañiz. On observe sur les tours de grandes bannières à une pointe aux armes du roi d’Aragon, portées sur des mâts ; et de petites bannières rectangulaires portées sur une lance aux armes des seigneurs ayant participés à la prise de la ville.

     Confondant blason et bannière, un internaute affirme que les pals du logo, disposés verticalement, ne correspondent pas au drapeau catalan où ces pals sont disposés horizontalement. Cette différence d’orientation est facile à expliquer. Au Moyen Âge la bannière est généralement accrochée au bout de la lance. En position de combat, lance horizontale, la bannière est disposée dans le même sens que l’écu ou la cotte d’armes. En revanche au repos la lance est plantée verticalement, comme sur les tours ci-dessus. Les figures apparaissent alors horizontalement. Toutefois, pour des raisons esthétiques, comme sur la bannière du piéton ci-dessus, les figures peuvent être redressées.

     Au total, le logo de la région est donc plutôt conforme aux règles héraldiques et remplit sa fonction de synthèse identitaire.

Publicités
Cet article, publié dans Héraldique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le logo de la région Occitanie. Enjeux identitaires et historiques

  1. Angelique dit :

    muchas gracias Gauthier , a mi no me gusta el logo , ademas las pals son rojas en amarillo y no amarillo en rojo , este logo no tiene sentido logico para mi

  2. Bonsoir Angélique. Il faut imaginer que les pals rouges sont constitués par les espaces entre les traits jaunes.

  3. Franc Bardou dit :

    Bien vu, Gauthier !

    De toutes façons, dans un tel domaine, quoi qu’on propose, il y en aura toujours quelques uns pour n’être point d’accord.

    Alors, de toi à moi, penses que le Comte de Foix ou même celui de Barcelone avaient quoi que se fût à cogner de ceux que les autres pensaient ou non de la représentativité de leur blason ? Ceux qui n’étaient pas d’accord n’avaient qu’à s’approcher avec une épée, pour voir…

    Mes humbles homages à ta Dame de Cœur.

    Franc

    >

  4. Remenet dit :

    Totas aquelas charradissas saberudas son plan polidas, empacharàn pas que lo logò revèrta… un PEIS !!!
    Tous ces discours savants n’empêcheront pas le dessin de ressembler… à un POISSON, comme mes élèves (4 à 6 ans) l’ont immédiatement relevé !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s