Trencavel, dernier vicomte d’Albi, Béziers et Carcassonne

Premier sceau de Raimond II Trencavel, vicomte d'Albi, Béziers et Carcassonne, 1247. (Revers du sceau. Lacune complétée par montage photographique à l'aide de l'avers). Archives nationales, Service des sceaux, D 760 bis.

Premier sceau de Raimond II Trencavel, vicomte d’Albi, Béziers et Carcassonne, avant 1247.
(Revers du sceau. Lacune complétée par montage photographique à l’aide de l’avers. Archives nationales, Service des sceaux, D 760 bis.)
Le vicomte est représenté à cheval, en armes. Sur son écu et sur le caparaçon du cheval figurent les armes utilisées par les Trencavel jusqu’en 1247.

     Aucune représentation du dernier vicomte de Carcassonne, Albi et Béziers n’était connue, à l’exception de celle figurant sur ses sceaux. Sur une fresque aragonaise de la fin du XIIIe siècle j’ai repéré un cavalier en armes dont les armoiries correspondent à celle des vicomtes de Carcassonne. La nouvelle interprétation de cette fresque permet de trancher entre les différentes hypothèses sur les couleurs des armoiries des Trencavel, couleurs jusque là inconnues, et de supposer la participation de  Raimond II Trencavel au siège de Valencia (1238).

En effet, Laurent Macé a montré que les armoiries de Raimond II Trencavel étaient jusqu’en 1247 un « fascé de gueules et de ravelles », les ravelles étant de petites raves, soit des sortes de radis. Il s’agit d’armes parlantes fondées sur le jeu de mot occitan « Trenca ravel », (tranche ravelle), les fasces du blason tranchant les ravelles. En 1247, Raimond abandonne, en même temps que son titre de vicomte, les armes familiales. Sur ses nouvelles armes il fait figurer des hermines à la place des ravelles. L’identification de la représentation du vicomte sur la fresque aragonaise confirme l’étude de Laurent Macé : les armes des Trencavel sont bien un «fascé de gueules et de ravelles noires ».

Armoiries des Trencavel avant 1247. Dessin : G. Langlois pour Wikipedia.

Cette découverte a donné lieu à un article, paru en 2015 : « À propos d’une représentation du vicomte Trencavel sur une peinture murale de la conquête de Valence : L’exil du dernier vicomte de Béziers, Albi et Carcassonne dans les États de la couronne d’Aragon ». On trouvera ci-dessous le résumé de cet article et un lien pour le télécharger.

Fig4-PeintureAlcanizDetail

Résumé
L’étude démontre que Raimond Trencavel, dernier vicomte de Carcassonne, Albi et Béziers est représenté sur une peinture murale du début du XIVe siècle conservée au château d’Alcañiz, siège de l’ordre de Calatrava en Aragon. Cette peinture figure l’un des épisodes de la conquête du royaume de Valence entre 1232 et 1238. La présence du vicomte à cette conquête est confirmée par quelques actes. La peinture suggère en outre que le vicomte s’était rangé sous la bannière d’un baron aragonais, Artal de Luna. Ce fait pourrait s’expliquer par un lien familial entre le lignage des Luna et le vicomte. La peinture témoigne enfin de la conservation de la mémoire du vicomte en terre aragonaise, une soixantaine d’années après sa disparition. Cet article permet par ailleurs de confirmer les couleurs des armes des Trencavel et d’évoquer la vie et les relations du vicomte en exil au sud des Pyrénées.

Le vicomte de Carcassonne Trencavel en 1240. (Extrait de la couverture de l'Aude dans l'Histoire de Claude Pelet, Gauthier Langlois et Dominique Baudreu sous la direction d'Alain d'Amato. Editions Aldacom, 2006)

Le vicomte de Carcassonne Trencavel en 1240. (Extrait de la couverture de l’Aude dans l’Histoire de Claude Pelet, Gauthier Langlois et Dominique Baudreu sous la direction d’Alain d’Amato. Editions Aldacom, 2006)

Abstract

On the portrayal of Viscount Trencavel on a wall painting of the Conquest of Valencia: The exile of the last Viscount of Beziers, Albi and Carcassonne in the states of the Kingdom of Aragon. The study shows that Raimond Trencavel, the last Viscount of Carcassonne, Albi and Beziers, was portrayed in an early 14th century wall painting, stored in the castle of Alcañiz, seat of the Calatrava Order in Aragon. This painting depicts one of the episodes of the Conquest of Valencia between 1232 and 1238. The Viscount’s presence at this conquest is confirmed by various acts. Furthermore, the painting suggests that the Viscount fought under the banner of a baron of Aragon, Artal de Luna. This fact is probably explained by family ties between the Viscount and the de Luna lineage. Finally, the painting indicates that, some 60 years after his death, the Viscount was still remembered in Aragon territory. This article also permits the confirmation of the colours of the Trencavel blazon and an indication of the Viscount’s life and relations during his exile in the Southern Pyrenees.

BSESA2014-Couv

Resumen

Representación del vizconde Trencavel en una pintura mural de la conquista de Valencia. El estudio muestra que Raimond Trencavel último vizconde de Carcasona, Béziers y Albi aparece en una pintura mural de principios del siglo XIV conservada en el castillo de Alcañiz, sede de la Orden de Calatrava en Aragón. Esta pintura representa a uno de los episodios de la conquista del reino de Valencia entre 1232 y 1238. La presencia del vizconde en esta conquista se ve confirmada por algunas actas. La pintura sugiere además que el vizconde se sumó al bando de un barón aragonés, Artal de Luna. Este hecho podría ser explicado por una relación de parentesco entre el linaje de los Luna y el vizconde. Finalmente esta pintura refleja cómo sesenta años después de su muerte, aún perduraba su recuerdo en las tierras aragonesas. Este artículo sirve, por otra parte, para confirmar los colores del escudo de armas de los Trencavel y para evocar la vida y relaciones del vizconde exiliado al sur de los Pirineos.

« À propos d’une représentation du vicomte Trencavel sur une peinture murale de la conquête de Valence : L’exil du dernier vicomte de Béziers, Albi et Carcassonne dans les États de la couronne d’Aragon », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, tome CXIV, 2014, pp. 49-60.

Vous pouvez accéder à la version électronique de l’article en cliquant sur l’un des logos suivants :

Vous pouvez aussi acheter le Bulletin Société d’études scientifiques de l’Aude ou le consulter dans de nombreuses bibliothèques comme celles recensées dans le Catalogue collectif français.

Voir aussi :

Cet article, publié dans Article d'histoire, Héraldique, Sigillographie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s