Blanchot de Brenas, inventeur du curé de Cucugnan

Cette gravure, publiée en 1834 dans les Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, montre la Cité dans l'état de ruine grandiose telle que Blanchot de Brenas l'a découverte en 1858

Cette gravure, publiée en 1834 dans les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, montre la Cité dans l’état de ruine grandiose telle que Blanchot de Brenas l’a découverte en 1858. Remarquer les paysans et les muletiers au premier plan.

Blanchot de Brenas, l’inventeur du « Curé de Cucugnan », son voyage à Carcassonne et dans les Corbières en 1858

     Au milieu du XIXe siècle, la visite des Pyrénées et des ruines médiévales sont des destinations fort prisées des romantiques en quête de pittoresque. Cependant, si Carcassonne est un site déjà assez visité, rares sont ceux, tel le jeune Auguste Blanchot de Brenas, qui se risquent sur les mauvais chemins des Corbières.

      En juin 1858 Auguste et son ami Félix décident de visiter le Languedoc en commençant par Carcassonne. Une rencontre dans la Cité les pousse à poursuivre leur voyage touristique par les Corbières, région alors inaccessible et ignorée.

     Dans le journal qu’il tient à cette occasion, Auguste conte avec beaucoup d’humour les aventures des deux jeunes gens sur les mauvais chemins des Corbières. Fin observateur, il restitue avec fidélité et talent les paysages grandioses, les rencontres avec de pittoresques personnages, les mœurs et les coutumes de cette contrée sauvage. Passionné par les légendes, il raconte les exploits de Dame Carcas contre Charlemagne à Carcassonne ou les méfaits des fées lavandières de l’Orbieu qui font tourner la tête aux jeunes garçons. Le récit de voyage, publié en feuilleton entre 1858 et 1859, s’achève par le sermon du curé de Cucugnan qui s’efforce de sauver ses ouailles de l’enfer.

     Cette dernière histoire a acquis une célébrité mondiale grâce aux plagiats qu’en ont fait Roumanille et Alphonse Daudet mais son inventeur, Auguste Blanchot de Brenas, est bien oublié. Seuls quelques spécialistes de la littérature se sont intéressé à cet auteur et dans le seul but d’établir la filiation littéraire du fameux sermon. Quelques historiens et ethnologues ont puisé dans le récit de voyage des informations précieuses sur la vie quotidienne et le folklore au XIXe siècle. Mais personne ne s’est intéressé de manière critique au récit. Ce sont ces lacunes que cet article se propose de combler. Qui était vraiment Blanchot de Brenas ? Quelle fiabilité accorder à son récit et que peut-il nous apporter ? Le sermon du curé a-t-il bien été entendu à Cucugnan ?

couverture SESA 2015 - CopieLes réponses à ces questions vous les trouverez dans l’article paru en mai 2016 dans le Bulletin de la Société d’études scientifique de l’Aude, tome CXV, 2015, p. 91-106.

Abstract : Blanchot de Brenas, the discoverer of the “priest of Cucugnan”, his travel at Carcassonne and in the Corbières in 1858.

     Two friends, Auguste Blanchot de Brenas, lawyer native of Velay, and Félix Jouguet, mining engineer in the Cevennes, visit the Languedoc. A meet in the City of Carcassonne drive them to explore the Corbières, inaccessible and unknown country. In his paper, Auguste tells with humour their adventures on the bad paths. Good observer, he describes with fidelity and talent beautiful landscapes, meeting colourful character, manners and customs of this wilderness. Passionate by legends, he tells the exploits de Lady Carcas against Charlemagne at Carcassonne, harms of washerwomen fairies who bewitch the young men, and « The Sermon of the Cucugnan priest » to save his parishioners from hell. This last tale was immortalized throw plagiarism of Roumanille and Alphonse Daudet but his discover was forgotten. This paper wants to discover who is this author and the interest of his travel story.

You can read this paper in the Bulletin de la Société d’études scientifique de l’Aude, tome CXV, 2015, p. 91-106.

Advertisements
Cet article, publié dans Histoire littéraire, Légende, Publications, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s