L’assaut de Majorque en 1229 : un plafond peint inédit du XIIIe siècle à Montpellier…

4

Sonneurs de buisine sur le château arrière du bateau se dirigeant vers Majorque. Détail de la poutre maitresse.

La richesse des décors des maisons urbaines médiévales occitanes

     De nouvelles découvertes et publications viennent régulièrement attester de la richesse de notre région en plafonds peints médiévaux. En 2017 je vous ai présenté sur ce blog l’extraordinaire décor de la maison du viguier Bérenger Mage à Lagrasse, réalisé vers 1278. Quelques mois après, Jean-Louis Vayssette nous donnait la primeur d’une nouvelle découverte lors d’une réunion de l’Association internationale de recherche sur les Charpentes et Plafonds Peints Médiévaux, présidée par l’historienne Monique Bourin. Cette découverte vient de faire l’objet d’un livre édité par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Occitanie dans la collection DUOLa conquête de Majorque par Jacques d’Aragon – Iconographie d’un plafond peint montpelliérain du XIIIe siècle.

Un écho de la croisade des Albigeois

     Dans une enquête passionnante les auteurs nous racontent l’historique des découvertes, les techniques de réalisation, la description et l’identification des décors, la recherche des commanditaires. Le décor peint appartient à trois époques. Le plus récent est un oratoire peint en style gothique, dédié à saint Christophe. Le plus ancien est contemporain de la construction de la maison, au début du XIIIe siècle. Sur un linteau de porte figure les armoiries des Montfort, d’Aragon, de France et des Plantagenets. La forme des écus, ainsi que la présence des armes des Montfort, permettent de situer ce décor entre la venue de Simon de Montfort en Languedoc (1209) et le départ de son fils Amaury en 1224. C’est sans doute la plus ancienne représentation peinte des armes des Montfort et l’une des rares représentations contemporaines de la Croisade des Albigeois.

Linteau armorié

Linteau armorié de porte. On discerne de gauche à droite les armoiries des Montfort, d’Aragon, de France et des Plantagenêt rois d’Angleterre.

Moulage de sceau, Service des sceaux, Archives nationales, Paris.

Contre sceau de Simon de Montfort, à comparer avec la représentation ci-dessus. Le sens du lion à la queue fourchue des Montfort varie suivant les représentations. (Moulage : D 708 bis)

Un décor à la gloire d’un chevalier urbain

     Mais le décor le plus intéressant est constitué par un plafond peint où figure une représentation de la conquête de Majorque. C’est le grand fait d’armes de Jacques Ier, roi d’Aragon et comte de Barcelone, né à Montpellier en 1208.  Cette conquête a été réalisée entre 1229 et 1230 avec l’aide notamment de nombreux occitans dont Olivier de Termes et Chabert de Barbaira, ainsi que des narbonnais et montpelliérains. La poutre maitresse porte une représentation se lisant comme une bande dessinée. Aux extrémités des bateaux convergeant vers l’île de Majorque ; au centre des scènes de combats à cheval entre Sarrasins et Chrétiens qui finissent par donner l’assaut à la ville de Majorque. Les armoiries permettent d’identifier des combattants : des montpelliérains et des catalans, parmi lesquels les Anglesola, les Montcada, le comte d’Empuriès et un mystérieux cavalier portant un arbre sur ses armes. Ces armes, qui se répètent en d’autres endroits du décor, seraient celle du propriétaire et sont identifiées par les auteurs à un membre de la famille de Pignan.

     Pour Jean-Louis Vayssette le décor a été commandité par un chevalier participant à la conquête, sans doute peu de temps après son retour de Majorque. Il s’agissait, pour le propriétaire, de rappeler sa participation à un fait glorieux et de rendre hommage à son seigneur, le roi Jacques, natif de la ville. Par sa datation haute, estimée entre 1230 et 1250, ce décor historié est contemporain de celui du palais des archevêques de Narbonne, mais plus ancien que les fresques sur le même thème conservées à Barcelone. On consultera à ce sujet avec profit le remarquable livre d’Agnès et Robert Vinas, qui réunit l’ensemble des sources écrites et de l’iconographie de la conquête de Majorque. Ce livre a constitué la clé de lecture du décor peint.

Un ouvrage remarquable, distribué gratuitement

Duo+Majorque+WEB_Page_01couv

     Signalons que le livre, remarquable par sa méthode et son contenu, est de plus distribué gratuitement. Il est disponible sous forme papier auprès de la Direction régionale des Affaires Culturelles de Montpellier ou Toulouse. Il est également téléchargeable. (Voir lien ci-dessous).

Pour en savoir plus :

 

Publicités
Cet article, publié dans Compte-rendu, Héraldique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s